Suzanne Lafont
Accompagnement des transitions par les mythes, contes merveilleux et autres histoires

Contes à 5 voix

C'était au Lavoir Moderne à Paris. Un mois de mai 2019.

Nous nous étions rencontrés dans le désert du Sahara quelques mois plus tôt.

Nous : Adèle Blanchin,  Léo Jeannet, Didier-François Morel et moi.

Un soir sous la tente, j'avais conté l'histoire de la Septième tache d'Uncegila*, ce terrifiant monstre des eaux, aussi long que cent chevaux, au corps plus épais que le plus gros tronc d'arbre du monde, aux écailles faites de mica brillant, au front orné d'une corne recourbée, au dos parcouru d'une crête qui jette des étincelles pareilles à des flammes, au flanc gigantesque orné d'une rangée de tâches rondes multicolores et capable de rendre celui qui le tuerait le plus puissant du monde... Pour le tuer, il fallait transpercer d'une flèche son coeur logé derrière la septième tâche mais sans jamais poser ses yeux sur le monstre. Un seul regard conduisait à la folie puis à la mort... Alors oui, nombreux rêvaient de tuer l'Uncegila, mais peu s'y risquaient. Jusqu'au jour où...

La trompette de Léo, le didjeridoo d'Adèle et les percussions de Didier se sont invités dans l'histoire, la déployant plus intensément, m'en révélant des recoins que je n'avais jamais explorés... Les voix sans mots des instruments apportaient au récit une profondeur inouïe et révélaient ce qu'une voix articulée ne pouvait mettre au jour...

ECOUTER la septième tache de l'Uncegila. Attention, c'est un enregistrement simple, sur le vif !

 

De retour en France, nous avons eu envie de renouveler l'expérience, le temps d'un soir et de 3 histoires.

Celle du géant qui n'avait pas de coeur, de la femme squelette et du prince dragon. Trois contes du grand nord.

Nous avons entraîné dans notre sillage Thomas Julienne et sa contrebasse.

Quelques extraits...

*Conte collecté en 1968 par Richard Erdoes dans la réserve Sioux de Rosebud  auprès de George Eagle Elk, homme-médecine yuwipi.

Nous avons réitéré l'expérience en plein air à l'occasion du Festival Jazz à La Villette.

J'ai adoré cette expérience. Les passants suspendent leur course le temps d'une histoire, puis passent, telle une marée humaine qui enfle au gré des mots et s'évanouit avec le silence...

Quelques extraits

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion